Les détails

FAQ

Vous aurez accès au visionnement de la journée en différé pendant 1 an inclus avec votre inscription, que vous soyez présent lors du direct ou non.

Les inscriptions de groupe comportent les mêmes privilèges que les inscriptions individuelles; chaque participant recevra un courriel avec un lien Zoom personnalisé pour le visionnement en direct et un profil sera créé pour lui sur le site de Conférences Connexion après l’événement afin d’accéder au visionnement en différé.

  1. Une attestation de participation sera remise:
    1. aux participants qui auront assisté à l’événement en direct sur Zoom pour un minimum de 5 heures ou
    2. aux personnes qui auront regardé l’ensemble des vidéos disponibles sur la plateforme de visionnement en différé

Consultez la section Formation continue pour connaître le nombre d'heures reconnues.

Les changements de participants et les demandes d’annulation sont acceptés. Toutefois, pour laisser la chance à tout le monde de profiter de nos journées conférences, aucun remboursement ne sera accordé pour les annulations reçues à moins de 10 jours de la date de l’événement.

La journée
en un coup d'oeil

La cyberviolence dans les relations intimes des ados

La cyberviolence dans les relations intimes des ados

Dans les souliers des jeunes anxieux: le témoignage éloquent d’Alicia

Dans les souliers des jeunes anxieux: le témoignage éloquent d’Alicia

Un petit outil d’intervention qui construit la confiance en soi et la persévérance scolaire chez les jeunes, un message à la fois

Un petit outil d’intervention qui construit la confiance en soi et la persévérance scolaire chez les jeunes, un message à la fois

Détour dans les particularités des jeunes de la Génération Z

Détour dans les particularités des jeunes de la Génération Z

La réalité méconnue et taboue des troubles alimentaires chez les garçons et le témoignage éclairant d’Antoine

La réalité méconnue et taboue des troubles alimentaires chez les garçons et le témoignage éclairant d’Antoine

Des expertises pour mieux comprendre

Des outils et des ressources pour mieux intervenir

Mamihlapinatapai?

Le mot peut faire peur. Il est reconnu comme étant l’un des plus difficiles à traduire. Pourtant, sa signification est bien simple. Il fait référence au regard échangé entre deux personnes où chacun souhaite initier un changement, malgré une réticence à faire le premier pas. Il nous rappelle que des situations qui paraissent à première vue compliquées, peuvent parfois être en voie d’être résolues grâce à une simple main tendue.

Nos experts

Marilou Ouellet

Marilou Ouellet

Spécialiste des troubles du comportement alimentaire

Marilou Ouellet

Marilou Ouellet

Spécialiste des troubles du comportement alimentaire

Carol Allain

Carol Allain

Spécialiste des générations, auteur et formateur international

Carol Allain

Carol Allain

Spécialiste des générations, auteur et formateur international

alicia

Alicia

Témoignage

alicia

Alicia

Témoignage

Tania St-Laurent Boucher

Tania St-Laurent Boucher

Sexologue au Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe

Tania St-Laurent Boucher

Tania St-Laurent Boucher

Sexologue au Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe

Antoine

Antoine

Témoignage

Antoine

Antoine

Témoignage

hugo-lambert_220

Hugo Lambert

Intervenant psychosocial de formation et coordonnateur du projet UNIMANI

hugo-lambert_220

Hugo Lambert

Intervenant psychosocial de formation et coordonnateur du projet UNIMANI

yves-hudon_220

Yves Hudon

Psychoéducateur au Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay et l’instigateur du projet UNIMANI

yves-hudon_220

Yves Hudon

Psychoéducateur au Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay et l’instigateur du projet UNIMANI

Formation continue

Accréditations

Activité de formation continue en psychothérapie reconnue par l’Ordre des psychologues du Québec pour 6h20. No de reconnaissance OPQ RE05260-22.

Formation dont l’admissibilité a été confirmée par l’Ordre professionnel des criminologues du Québec aux fins de la formation continue obligatoire, pour une durée de 6 heures et 20 minutes.

Formation dont l’admissibilité a été confirmée par le Barreau du Québec aux fins de la formation continue obligatoire, pour une durée de 6 heures et 20 minutes.

Attestation de participation

Pour obtenir une attestation pour votre participation à la journée en direct, vous devrez avoir assisté à l’événement pendant un minimum de 5 heures non consécutives. Celle-ci sera envoyée par courriel quelques jours après l’événement. Vous aurez également la possibilité de recevoir une attestation de participation  pour le visionnement en différé, une fois celui-ci complété. 

Le saviez-vous?

D’autres ordres professionnels, comme l’OTSTCFQ et l’OPPQ pourraient également être en mesure de reconnaître vos heures de formation. Veuillez consulter leur règlement respectif sur la formation continue pour obtenir davantage d’information à ce sujet. :-)

Programme de la journée

8h10 - 8h20

Mot de bienvenue

8h20 - 9h35

Quand la cyberviolence s’invite dans les relations intimes des ados

«47% des jeunes auraient vécu de la cyberviolence en contexte de relation intime dans la dernière année»: c’est la nouvelle qu’annonçait, il y a quelques mois, l’équipe du Laboratoire d’Études sur la Violence et la Sexualité de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Contrôle, harcèlement, surveillance… la cyberviolence dans les relations amoureuses ou intimes prend différentes formes et il n’est pas toujours facile pour les jeunes de la reconnaître.

«Dès qu’il voyait que je n’étais pas chez moi, à l’école ou au travail sur la carte de Snapchat, il me posait 15 000 questions. Si j’étais en mode fantôme, il commençait à se fâcher et m’insulter parce que je lui cachais supposément chez qui j’étais.
Pour lui, j’ai l’impression que c’est plus qu’un droit, c’est une obligation que je partage mes codes… Un « pacte » de confiance… Si je ne lui donnais pas mes codes, c’est que j’avais quelque chose à cacher.»

– Propos de jeunes victimes, Laboratoire d’Études sur la Violence et la Sexualité, UQAM.

Phénomène banal? Détrompez-vous. Son impact peut être hautement dommageable. S’insinuant graduellement et sournoisement, elle peut créer anxiété, diminution de l’estime de soi et idées suicidaires.

Quelles formes prend la cyberviolence dans les relations intimes des jeunes? Qui sont les ados qui commettent ces violences et pourquoi? Comment aider les jeunes qui en sont victimes? Et surtout, comment outiller les ados afin qu’iels bâtissent la confiance dans leurs relations intimes sans tomber dans le piège du contrôle et de la cyberviolence?

C’est ce que vient expliquer Tania St-Laurent Boucher, sexologue au Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe.

Plongeon dans la cyberviolence dans les relations intimes, une forme de violence bien réelle qui créer une onde de choc dans la vie de presqu’un ado sur deux.

Tania St-Laurent Boucher

Tania St-Laurent Boucher

Tania St-Laurent Boucher est sexologue. Au cours des 15 dernières années, elle s’est rendue dans les écoles et le milieu communautaire du Québec pour donner de la formation et des ateliers aux jeunes et au personnel scolaire. Elle a formé des étudiants en médecine à l’Université de Sherbrooke et des intervenant.e.s en relation d’aide, en plus d’être consultante externe pour Tel-Jeunes, où elle a travaillé pendant plus de huit ans. Actuellement sexologue au Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe, elle est aussi appelée à collaborer à titre de consultante pour différents projets jeunesses, dont la websérie On parle de sexe, diffusée à Télé-Québec. Elle a collaboré à de nombreuses éditions des journées conférences sur les jeunes et la santé mentale des Conférences Connexion.

Tania St-Laurent Boucher

Tania St-Laurent Boucher est sexologue. Au cours des 15 dernières années, elle s’est rendue dans les écoles et le milieu communautaire du Québec pour donner de la formation et des ateliers aux jeunes et au personnel scolaire. Elle a formé des étudiants en médecine à l’Université de Sherbrooke et des intervenant.e.s en relation d’aide, en plus d’être consultante externe pour Tel-Jeunes, où elle a travaillé pendant plus de huit ans. Actuellement sexologue au Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe, elle est aussi appelée à collaborer à titre de consultante pour différents projets jeunesses, dont la websérie On parle de sexe, diffusée à Télé-Québec. Elle a collaboré à de nombreuses éditions des journées conférences sur les jeunes et la santé mentale des Conférences Connexion.

9h35 - 9h45

Pause (10 min)

9h45 - 10h45

Un message à la fois

Unimani est un modèle d’intervention précurseur et grandement nécessaire dans un monde où l’estime de soi fait cruellement défaut à beaucoup de jeunes.

L’idée est simple: jumeler un élève à cinq ou six personnes de son réseau, des supporteurs, qui lui envoient des messages d’encouragement et de soutien par l’entremise d’une plateforme Internet. Enseignants, grands-parents, oncles, tantes… tous ont le pouvoir de devenir des catalyseurs de confiance en soi pour les jeunes.

La démarche est efficace. Chaque bon coup souligné marque un pas vers la réussite et encourage la persévérance scolaire. Et elle a un impact positif direct sur l’estime de soi des jeunes, leur sentiment de compétence, leur motivation scolaire, leur santé mentale et leur résilience face aux épreuves de la vie. Ce n’est pas rien.

Comment un outil d’intervention aussi simple peut-il avoir autant d’impacts positifs sur les jeunes?

C’est ce que viennent expliquer Yves Hudon et Hugo Lambert. Le premier est psychoéducateur à l’École secondaire des Grandes-Marées, au Centre des services scolaire des Rives-du-Saguenay et l’instigateur du projet. Le second est intervenant psychosocial de formation et coordonnateur du projet.

Ensemble, ils expliquent.

«Ce ne sont pas tous les jeunes qui ont la même chance dans la vie. Même pour un jeune qui va bien, c’est important d’avoir du positif. Pour une jeune qui va moins bien, c’est encore plus important. Le concept d’Unimani est super simple mais tellement efficace pour plein de belles raisons humaines.»

– Yves Hudon, psychoéducateur.

Yves Hudon

Yves Hudon

Yves Hudon est psychoéducateur au Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay et l’instigateur du projet UNIMANI. Au cours de sa carrière, il a développé plusieurs projets multidisciplinaires en collaboration avec les milieux communautaire, familial et social. Après 30 années passées dans le milieu scolaire, il reste convaincu que chaque école possède une expertise unique, que chaque communauté regorge de personnes ressources compétentes et que chaque famille peut jouer un rôle préventif et curatif auprès des enfants. C’est d’ailleurs l’idée derrière UNIMANI. Yves Hudon a reçu la médaille de l’Assemblée nationale pour l’ensemble de son œuvre auprès des jeunes.

Yves Hudon

Yves Hudon est psychoéducateur au Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay et l’instigateur du projet UNIMANI. Au cours de sa carrière, il a développé plusieurs projets multidisciplinaires en collaboration avec les milieux communautaire, familial et social. Après 30 années passées dans le milieu scolaire, il reste convaincu que chaque école possède une expertise unique, que chaque communauté regorge de personnes ressources compétentes et que chaque famille peut jouer un rôle préventif et curatif auprès des enfants. C’est d’ailleurs l’idée derrière UNIMANI. Yves Hudon a reçu la médaille de l’Assemblée nationale pour l’ensemble de son œuvre auprès des jeunes.

Hugo Lambert

Hugo Lambert

Hugo Lambert est intervenant psychosocial de formation et coordonnateur du projet UNIMANI. Au cours des vingt dernières années, il a accompagné des centaines d’enfants et d’adolescents, notamment au sein du Regroupement des Équipes Intervention Jeunesse du Québec (RÉIJQ), ou encore au CIUSSS du Saguenay Lac-St-Jean, ou il a été coordonnateur des équipes d’intervention jeunesse. Il est derrière des projets qui relèvent de la santé et des services sociaux au Saguenay et à Montréal, comme Familio, un concept clinique multidisciplinaire qui fait notamment converger les services d’aide vers les enfants et leur famille. Il est d’ailleurs l’instigateur du concept interdisciplinaire des trois premières cliniques.

Hugo Lambert

Hugo Lambert est intervenant psychosocial de formation et coordonnateur du projet UNIMANI. Au cours des vingt dernières années, il a accompagné des centaines d’enfants et d’adolescents, notamment au sein du Regroupement des Équipes Intervention Jeunesse du Québec (RÉIJQ), ou encore au CIUSSS du Saguenay Lac-St-Jean, ou il a été coordonnateur des équipes d’intervention jeunesse. Il est derrière des projets qui relèvent de la santé et des services sociaux au Saguenay et à Montréal, comme Familio, un concept clinique multidisciplinaire qui fait notamment converger les services d’aide vers les enfants et leur famille. Il est d’ailleurs l’instigateur du concept interdisciplinaire des trois premières cliniques.

UNIMANI

UNIMANI a vu le jour en 2019 à l’École secondaire des Grandes-Marées de La Baie, avec l’appui du Centre des services scolaire des Rives-du-Saguenay. La première phase du projet montre que ce dernier porte notamment une attention particulière aux jeunes qui n’ont pas ou peu de support, qu’il renforce les liens familiaux en mettant de l’avant les actions positives faites par le jeune, qu’il valorise le travail des intervenants, qu’il motive l’ensemble des acteurs du projet et … qu’il créer du bonheur! UNIMANI a bénéficié du soutien du Conseil régional de prévention de l'abandon scolaire (CRÉPAS), du Centre d’étude des conditions de vie et des besoins de la population (ÉCOBES), du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, ainsi que du gouvernement provincial.

UNIMANI

UNIMANI a vu le jour en 2019 à l’École secondaire des Grandes-Marées de La Baie, avec l’appui du Centre des services scolaire des Rives-du-Saguenay. La première phase du projet montre que ce dernier porte notamment une attention particulière aux jeunes qui n’ont pas ou peu de support, qu’il renforce les liens familiaux en mettant de l’avant les actions positives faites par le jeune, qu’il valorise le travail des intervenants, qu’il motive l’ensemble des acteurs du projet et … qu’il créer du bonheur! UNIMANI a bénéficié du soutien du Conseil régional de prévention de l'abandon scolaire (CRÉPAS), du Centre d’étude des conditions de vie et des besoins de la population (ÉCOBES), du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, ainsi que du gouvernement provincial.

10h45 - 10h55

Pause (10 min)

10h55 - 12h35

Troubles alimentaires version garçons

Ils se manifestent d’une façon particulière. Les drapeaux rouges qui signalent que quelque chose ne va pas sont difficiles à détecter. Et ils passent sous le radar. Pourtant, les troubles alimentaires chez les gars sont bien réels. Ils entrainent une grande souffrance, et de la honte aussi, parce qu’associés aux filles.

Marilou Ouellet en sait quelque chose. Spécialiste passionnée des troubles de conduites alimentaires, elle intervient depuis huit ans auprès des personnes aux prises avec un TCA.

Comme Antoine, qu’elle a connu plus jeune quand il est venu consulter à l’organisme où elle travaillait.

Adoption d’un régime alimentaire. Entraînement excessif. 100 livres perdues en 6 mois. Puis, c’est le mur : l’étudiant sportif réalise qu’il souffre d’anorexie mentale.

Celui qui est maintenant un jeune prof cool de 6e année est l’un des rares à prendre la parole sur les troubles alimentaires chez les gars. Il raconte son histoire avec une admirable générosité, pour que nous puissions comprendre ce que vivent ces garçons, certes, mais aussi pour que ceux qui se débattent avec ce trouble ne passent plus sous le radar.

Pour l’occasion, le duo dynamique monte sur scène. Tour-à-tour, ils lèvent le voile sur les troubles alimentaires chez les garçons, une réalité méconnue et un sujet délicat pour les gars qui y sont confrontés.

Marilou Ouellet

Marilou Ouellet

Marilou Ouellet détient un doctorat en psychologie (Ph.D.). Elle a également complété un postdoctorat en psychologie au sein du Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse à Lyon en France. Depuis 12 ans, elle œuvre dans le domaine de la santé mentale, en plus d’avoir une expertise en troubles de conduites alimentaires. Elle œuvre actuellement comme consultante auprès des personnes présentant des troubles alimentaires et des professionnels de la santé. Passionnée par l’enseignement et l’accompagnement des jeunes, elle est également chargée de cours à l’Université Laval en plus d’être professeure de psychologie en milieu collégial. Ayant à cœur la prévention des troubles des conduites alimentaires, elle est active sur les réseaux sociaux, où elle a pour mission de contrer la désinformation en santé mentale et faire de l’éducation psychologique.

Marilou Ouellet

Marilou Ouellet détient un doctorat en psychologie (Ph.D.). Elle a également complété un postdoctorat en psychologie au sein du Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse à Lyon en France. Depuis 12 ans, elle œuvre dans le domaine de la santé mentale, en plus d’avoir une expertise en troubles de conduites alimentaires. Elle œuvre actuellement comme consultante auprès des personnes présentant des troubles alimentaires et des professionnels de la santé. Passionnée par l’enseignement et l’accompagnement des jeunes, elle est également chargée de cours à l’Université Laval en plus d’être professeure de psychologie en milieu collégial. Ayant à cœur la prévention des troubles des conduites alimentaires, elle est active sur les réseaux sociaux, où elle a pour mission de contrer la désinformation en santé mentale et faire de l’éducation psychologique.

Antoine

Antoine

Témoignage

Antoine

Témoignage

12h35 - 13h30

Dîner (55 min)

13h30 - 14h45

Génération Z

Ils ont entre 10 et 24 ans et ils forment la Génération Z.

Le Z, c’est pour Zapping. Mais on les désigne aussi sous le nom de Digital native, de Nouvelle génération silencieuse, de i génération (génération internet), de Génération C (connecter, communiquer, créer et collaborer) ou encore la Génération WTF (Wikipédia, Twitter, Facebook).

Nés avec le web actif, ils ont une approche multitâche naturelle et sont parfaitement décomplexés! Leur vie réelle est formatée presque exclusivement à partir de leur vie digitale. Ces jeunes vivent à une époque où l’on peut tout obtenir. Les Z sont créatifs. Incapables de tolérer l’idée d’une vie absurde, ils préconisent le sens, l’authenticité, l’éthique. Ils se démarquent par leurs talents qui se révèlent autour de la créativité, de l’inventivité et de la collaboration.

Quelles sont les valeurs et les aspirations profondes des jeunes de la Génération Z? Comment les aborder? Quels sont leurs plus grands défis et leurs principaux enjeux? Quelles sont les interventions à prioriser de manière à favoriser la responsabilité et valoriser le potentiel des Z?

C’est à toutes ces questions et à bien d’autres encore que répond Carol Allain, LE spécialiste des générations! Avec lui, on décode les caractéristiques de cette cohorte bien ancrée dans la culture de l’écran.

Petit détour aussi ludique qu’éclairant dans les particularités, les enjeux et les défis des jeunes de la Génération Z avec un expert passionné et prisé au Québec et à l’international.

Carol Allain

Carol Allain

Détenteur d’une maîtrise en éducation, ex-chargé de cours à l’Université d’Ottawa et à l’Université du Québec à Montréal et spécialiste des générations, Carol Allain, M. Sc., M. Éd., est un conférencier réputé et un formateur apprécié au Québec et en Europe. Il se distingue par son humour incisif et le regard unique qu’il porte sur ses contemporains, dont les jeunes. Il est entre autres l’auteur du livre Le choc des générations et de Génération Z, l’humanité numérique en marche.

Carol Allain

Détenteur d’une maîtrise en éducation, ex-chargé de cours à l’Université d’Ottawa et à l’Université du Québec à Montréal et spécialiste des générations, Carol Allain, M. Sc., M. Éd., est un conférencier réputé et un formateur apprécié au Québec et en Europe. Il se distingue par son humour incisif et le regard unique qu’il porte sur ses contemporains, dont les jeunes. Il est entre autres l’auteur du livre Le choc des générations et de Génération Z, l’humanité numérique en marche.

14h45 - 14h55

Pause (10 min)

14h55 - 16h10

Dans les souliers d’Alicia

Elle est jeune et incroyablement lumineuse, malgré le trouble d’anxiété généralisé qui l’habite; un trouble qui a commencé par de l’anxiété de performance.

«Imaginez la situation qui vous stresse le plus dans la vie. Moi, j’ai ce niveau de stress tout le temps. T’as de la misère à respirer et on dirait que t’es plus dans ton corps. Quand je faisais des crises, je voulais me cacher dans ma chambre pour que personne ne me voit, parce que j’avais honte».

À 15 ans, submergée par des idées noires, Alicia se retrouve à l’hôpital. Là-bas, elle commence un travail sur elle-même, apprend à apprivoiser et à gérer ses émotions.

«Si je pouvais retourner au moment où j’étais à l’hôpital, je pense que je me dirais là, respire par le nez, les gens sont là pour t’aider, fais-toi confiance. On peut accomplir tellement de choses quand on se fait confiance».

Le séjour est salutaire. Aujourd’hui, elle est éloquente et elle brille.

Le témoignage d’Alicia nous permet de faire des pas nécessaires dans les souliers des milliers d’enfants et d’ados qui se battent, comme elle, contre l’anxiété. Portrait intime de ce trouble devenu courant chez les jeunes, à travers le vécu de cette fille plus qu’inspirante.

En guise d’introduction au témoignage d’Alicia, la Fondation Jeunes en Tête partage brièvement les outils qu’ils proposent et qui permettent de déstigmatiser, sensibiliser et outiller les jeunes face aux défis de la vie, en ciblant tout particulièrement l’anxiété et la dépression. Leurs outils sont accessibles partout et ils sont disponibles en français et en anglais.

Alicia

Alicia

Témoignage

Alicia

Témoignage

Fondation Jeunes en Tête

Fondation Jeunes en Tête

La Fondation Jeunes en Tête a pour mission de prévenir la détresse psychologique des jeunes de 11 à 18 ans au Québec. Ils accomplissent cette mission en offrant aux adolescents, à leurs parents, au personnel scolaire et aux intervenants des trousses en ligne et des ateliers de sensibilisation en santé mentale dans les écoles secondaires. Leurs services et leurs contenus sont bilingues et offerts gratuitement. Déstigmatiser, sensibiliser et outiller, voici les gestes concrets qu’ils posent chaque jour pour aider les prochaines générations à faire face aux défis de la vie. En 2019, la Fondation Jeunes en Tête a été le récipiendaire du prix Méritas organisation de l'année par l'Association québécoise de la prévention du suicide (AQPS), pour son rôle déterminant dans ce domaine.

Fondation Jeunes en Tête

La Fondation Jeunes en Tête a pour mission de prévenir la détresse psychologique des jeunes de 11 à 18 ans au Québec. Ils accomplissent cette mission en offrant aux adolescents, à leurs parents, au personnel scolaire et aux intervenants des trousses en ligne et des ateliers de sensibilisation en santé mentale dans les écoles secondaires. Leurs services et leurs contenus sont bilingues et offerts gratuitement. Déstigmatiser, sensibiliser et outiller, voici les gestes concrets qu’ils posent chaque jour pour aider les prochaines générations à faire face aux défis de la vie. En 2019, la Fondation Jeunes en Tête a été le récipiendaire du prix Méritas organisation de l'année par l'Association québécoise de la prévention du suicide (AQPS), pour son rôle déterminant dans ce domaine.

16h10

Fin de la journée

Inscription

Tarif régulier
Tarif communautaire/étudiant

Une journée pour tous ceux qui travaillent avec les jeunes

Les Conférences Connexion organisent, depuis plus de 15 ans, des journées conférences sur les jeunes et la santé mentale qui plongent les participants au cœur des réalités affectant la vie des jeunes, à travers des présentations d’experts de tous les domaines.
Des milliers de professionnels et d’intervenants y assistent fidèlement chaque année.

Scroll to Top